Actualités

Assemblée Générale 2010

Le 2 décembre 2010, l'Observatoire Jurassien des Enfants Victimes de Maltraitance a convoqué ses membres en assemblée générale dans les locaux de l'Inspection d'Académie de Lons le Saunier.

A cette occasion, Hélène GOY LETONDOR, présidente de l'OJEVIM a lu le rapport moral 2009 de l'association. :

Rapport moral 2009

Mesdames Messieurs,

Comme notre invitation le laisse apparaître, nous souhaitons dans le cadre de cette assemblée Générale, après vous avoir présenté le rapport moral et le bilan de nos différentes actions, ainsi que le bilan financier, faire une synthèse plus générale des activités de notre association et nous projeter avec vous dans un avenir à plus ou moins long terme.

L’Observatoire Jurassien des Enfants Victimes de Maltraitance a toujours fonctionné sur l’idée d’une réflexion nourrie par le fonctionnement en réseau bien ancré dans notre Département et qui nourrit nos pratiques professionnelles.

Trois ans après le vote de la Loi réformant la politique de protection de l’enfance, je ne suis pas certaine que chacun ait pris la mesure des changements de fond qu’implique cette réforme, changement de pratique des institutions et des professionnels.

Il convient de souligner que l’esprit de la Loi s’inspire fort heureusement, et comme cela est souvent le cas, de pratiques existantes et innovantes mises en place par les professionnels eux-mêmes, les associations, invitant ainsi à reconsidérer la place de la protection des mineurs.

Les Conseils Généraux, chefs de file de cette politique, ont de par cette Loi, la responsabilité de la coordination pour gagner en cohérence et en efficacité notamment en matière de prévention, cheval de bataille de notre association, dès la première heure, réaffirmé chaque année, mais faisant l’objet d’un constat mitigé dans notre Département.

Le Conseil Général a donc, de par la Loi, pour mission d’observer pour mieux piloter le nouveau dispositif mis en place par la Loi du 5 mars 2007.

L’OJEVIM attend, avec grand intérêt, l’instauration de l’Observatoire Départemental de la Protection de l’Enfance, observatoire qui devra nécessairement, comme les textes le prévoient, s’ouvrir aux compétences et valeurs des Associations pour contribuer à l’amélioration de la performance de ce dispositif.

Nous restons et resterons force de propositions dans le seul souci de l’intérêt des enfants, et plus particulièrement des enfants victimes de maltraitance, objet principal de notre Association.

La protection de l’enfance ne peut plus être considérée seulement comme traitement de la maltraitance, elle doit prévenir cette maltraitance, et donc plus que jamais, doit être défini un sens commun d’intervention et de prévention.

L’enjeu est pour moi de taille et suppose l’impérieuse nécessité de dépasser les clivages et favoriser l’échange, le partenariat, la confiance.

J’emprunterai ici à Guillaume d’ORANGE, cette maxime : « là où il y a une volonté, il y a un chemin ».

Soyez tous assurés de ma réelle volonté dans l’échange et la confiance avec tous nos partenaires, pour nourrir, voire relancer un partenariat.

Je n’ai pas ménagé mon énergie en ce sens mais, plus particulièrement s’agissant du Conseil Général, je n’ai reçu aucun écho à mes différentes démarches.

Lors des 4èmes Assises de la Protection de l’Enfance, des 28 et 29 juin 2010, organisée par le Journal de l’Action Sociale et le Conseil Général des Bouches du Rhône, un manifeste de la protection de l’enfance a été rédigé et je pense que nous pouvons nous en inspirer.

Ce manifeste rappelle que conscient des difficultés de toute nature dans le domaine de la politique de l’enfance, la situation actuelle doit être l’occasion « d’être plus créatifs, d’oser innover, d’expérimenter, en prenant des risques qui nécessitent un cadre approprié » et que « malgré les préconisations et les discours sur le partenariat, les cloisonnements entre institutions et entre champs de compétence restent prégnants ».

Ce manifeste rappelle également :

  • Qu’il convient de favoriser la réflexion collective et pluridisciplinaire
  • Qu’il faut donner une nouvelle impulsion au partenariat pour « passer d’une collaboration avec les partenaires à une coopération entre les partenaires, dans le respect des compétences des uns et des autres, ce qui nécessite tout à la fois volonté et humilité… »

La coopération entre partenaires des différents champs intervenants autour de la prise en charge des enfants victimes est ce que nous avons eu la chance d’expérimenter dans le cadre de l’OJEVIM, au sein de notre Département et nous souhaiterions le voir à nouveau prospérer avec intelligence.

Je fais le voeu que l’année à venir soit celle d’un partenariat renoué heureux et confiant, entre l’ensemble des intervenants dans le champ de la protection de l’Enfance.

Je vous invite à le mettre en oeuvre, dès ce soir, dans le cadre des thèmes sur lesquels nous vous proposons de débattre.

La Présidente de l'OJEVIM

Hélène GOY LETONDOR

Télécharger le rapport moral 2009 de l'Ojevim en format Pdf (166Ko)
Rapport moral 2009 de l'Ojevim

Retour en haut de la page

Suite de l'assemblée générale

A l'issue du discours de la présidente, Roger BALLET, trésorier de l'OJEVIM a présenté les comptes de l'association qui sont à ce jour positifs. Madame la présidente a rappelé l'importance des dons faits à l'association par les membres, les particuliers et les organismes publics ou privés. Sans ces dons,l'OJEVIM ne pourrait poursuivre les actions menées depuis 1998.

Roger BALLET a ensuite fait un bilan du colloque sur la bientraitance organisé par l'association en janvier de cette année.

Ensuite, l'assemblée à eu un rappel sur l'historique de la création par l'Ojevim des deux salles d'auditions de mineurs victimes dans le Jura.

Il a été également question des statistiques, avec un rappel des chiffres de 2009 et l'explication de l'importance du recueil des données de la maltraitance dans le Jura. Chaque responsable ou représentant d'institution a été invité à communiquer ses chiffres 2009 dès le début de l'année prochaine.

Puis le débat a été ouvert sur les attentes des différents professionnels présents envers l'Ojevim. Un échange sur le circuit du signalement et sur le traitement du signalement a permis de mettre en lumière la nécéssité de nouvelles formations et tables rondes entre professionnels sur ce sujet.

Cette année encore, l'assemblée générale s'est terminée autour d'un buffet. Et une fois de plus, c'est au cours de ce moment privilégié pour que chacune des personnes présentes a pu échanger sur le thème de la maltraitance des mineurs.

Retour en haut de la page

Observatoire Jurassien des Enfants Victimes de Maltraitance Administration

www.ojevim.fr version 2.0 copyright 2009-2010 Site optimisé pour les navigateurs Internet Explorer 8 - Mozilla Firefox 3.5 - Google Chrome 7