Le logo

Lorsque les services d'enquête procèdent à l'audition vidéo filmée d'un mineur victime d'une infraction à caractère sexuel, la loi leur permet de se faire assister par un spécialiste de l'enfance qui peut être un psychologue.

Grâce au travail de l'OJEVIM, cette pratique a été généralisée dans le département du Jura dès 1998. Avant l'audition, le psychologue présent s'entretient seul avec le mineur.

C'est dans ce cadre que madame ATZORI BONNAFFOUX, psychologue clinicienne faisant partie des membres fondateurs de l'OJEVIM, s'est entretenue, il y a une dizaine d'année, avec Chloé, une fillette de huit ans qui devait être auditionnée pour des faits de viols qu'elle venait de dénoncer.

Le bonhomme logo de l'Ojevim

Lors de cet entretien, madame ATZORI BONNAFFOUX a demandé à la jeune victime de lui faire un dessin, de lui représenter le bonhomme qu'elle dessinait le plus auparavant, et cela afin d'analyser l'état affectif dans lequel se trouvait la fillette.

L'enfant lui a rendu une feuille sur laquelle était représenté un personnage d'allure très simple et sans vêtement. Il était dépourvu de mains et de pieds, comme si elle fuyait le contact. Sur le visage, elle figurait par des points les yeux, le nez et la bouche; sur le ventre un autre point pour signifier le nombril. Ce dernier élément suggérait la curiosité sexuelle de l'enfant. Le bonhomme était entouré "d'une mandala" exprimant vraissemblablement un désir d'auto protection. En effet, Chloé vivait chez ses parents qui s'occupaient peu d'elle et était le plus souvent livrée à elle-même.

C'est ce dessin qui a été choisi comme logo de l'OJEVIM.

Observatoire Jurassien des Enfants Victimes de Maltraitance Administration

www.ojevim.fr version 2.0 copyright 2009-2010 Site optimisé pour les navigateurs Internet Explorer 8 - Mozilla Firefox 3.5 - Google Chrome 7